Axes

La communication s’articulera autour de plusieurs phases de communication, répondant à des objectifs spécifiques.

En effet, au-delà de la nécessaire communication sur les AcVC dans leur ensemble, en appui de la labellisation GCN, qui permettra une prise de conscience du grand public, il convient de répondre à l’objectif d’évolution des comportements, en informant à la fois le plus grand nombre et les publics prioritaires.

La communication devra alerter, sans toutefois être trop anxiogène ou culpabilisante, et proposer des solutions concrètes en accompagnement de ce message d’alerte. Le ton adopté doit être pédagogique et rassurant, mais également responsabilisant, pour favoriser l’implication.

 

Axe 1 - Phase 1 : Faire émerger le sujet en tant que grande cause nationale en insistant sur le caractère évitable des accidents quotidiens


Cible : le grand public

Cette première phase de communication a un rôle d’alerte. L’objectif poursuivi est de porter le sujet à la connaissance du plus grand nombre, et de faire en sorte de chacun se sente concerné.

Message

Le message délivré devra reposer sur l’alerte, préciser le sujet de manière claire, s’appuyer sur des chiffres et être impliquant. Il convient à cet égard de citer certains accidents particulièrement évocateurs pour la population, les plus redoutés ou les plus courants par exemple (noyades, incendies, chutes…). L’épidémiologie des AcVC, particulièrement parlante, doit également être au cœur du message (nombre annuel de décès par AcVC, nombre d’hospitalisations par jour…).

Actions

•    Un spot radio et un spot TV diffusés sur les services de France Télévisions et de Radio France, conformément à la faculté offerte par la circulaire du Premier ministre du 30 septembre 2005, relative aux concours des sociétés du secteur public de la communication audiovisuelle aux campagnes d’intérêt général faisant appel à la générosité publique (60 passages sur les 5 chaînes du groupe France Télévisions et 12 messages sur Radio France). La diffusion sera concentrée sur une semaine afin de favoriser la répétition des messages auprès de la cible. Pour la campagne radio, il sera demandé à Radio France de privilégier une seule antenne du groupe, afin de ne pas diluer le nombre de messages diffusés.

•    Une conférence de presse de lancement de la campagne et une campagne de relations presse.

•    Une campagne internet via :

  • La promotion d’un site dédié à la Grande Cause Nationale vers lequel les spots TV et radio renverront, et qui présentera la démarche du collectif ainsi que les actions mises en œuvre par ses membres, et délivrera des messages de prévention des AcVC ;
  • une campagne de bannières et de référencement pour promouvoir le site.


•    Des partenariats medias rédactionnels en radio, télévision (fourniture de contenus et d’expertises pour la réalisation d’émissions, de type magazine) et en presse écrite (fourniture de contenus et d’expertises pour la rédaction d’articles, d’enquêtes et de dossiers pratiques).

Cette communication sera relayée par les associations membre du Collectif auprès de leurs réseaux locaux. Leurs actions permettront de démultiplier les effets de la campagne et de sensibiliser, de façon plus concrète et pratique, les publics ciblés par la GCN.


Axe 2 – Phases 2 et 3 : Profiter de la saisonnalité de certains risques pour proposer des solutions adaptées et favoriser l’adoption de comportements préventifs.


Il s’agira de communiquer sur la prévention des accidents de la vie courante à des moments particulièrement importants : l’été et l’hiver. En effet, cette contextualisation des messages permet d’en renforcer l’impact, mais également de maintenir l’intérêt des medias et du grand public autour de la Grande Cause Nationale.

Cibles : le grand public et les publics plus particulièrement touchés par les risques cités

Messages

Ils seront centrés sur les 6 risques retenus et délivreront des messages simples et précis pour s’en prémunir. En media, une seule solution sera privilégiée, les conseils complémentaires feront l’objet d’un traitement dans les supports hors media et sur le site internet.
Pour l’été, les risques traités seront les noyades, les accidents de sport et de loisir et les suffocations.
Pour la saison hivernale, la campagne abordera les intoxications, les incendies domestiques, et les chutes des personnes âgées.

Actions


•    Un spot radio et un spot TV diffusés sur les chaînes privées. La diffusion sera concentrée sur une semaine afin de favoriser la répétition des messages auprès des cibles.

•    Une série de 6 émissions Consomag (1 émission par risque traité) sera produite par l’Institut national de la consommation (INC) et diffusée sur l’ensemble des chaînes de France Télévisions.