Typologie des risques retenus


LA TYPOLOGIE DES RISQUES RETENUS ET L’ORIENTATION DES MESSAGES DE PREVENTION


Chaque jour, les accidents de la vie courante (AcVC) sont à l’origine de 30 000 accidents, 12 000 blessés, 1 200 hospitalisations et 50 décès. Les AcVC recouvrant des réalités très diverses et les solutions pour les éviter étant spécifiques à chacun d’entre eux, le Collectif inter associatif pour la lutte contre les accidents de la vie courante (CLAC) propose de focaliser les messages de prévention de la campagne de sensibilisation du grand public sur six thèmes précis :

•    les chutes des personnes âgées,
•    les suffocations,
•    les noyades,
•    les intoxications,
•    les incendies domestiques,
•    les accidents de sports de loisirs.

Ces thèmes ont été déterminés d’après plusieurs critères : le volume d’accidents, leur gravité, leur évitabilité et leur actualité. Leur appropriation par l’ensemble des acteurs de la prévention, leur capacité de résonance médiatique, leur identification claire par le grand public ont également été prises en compte.

Si un certain nombre de risques peuvent être évités au prix d’un meilleur respect de mesures législatives et réglementaires par les professionnels, la modification des comportements individuels et la mise en place de solutions techniques par les particuliers sont les moyens les plus efficaces pour limiter les risques d’accidents.

Le caractère évitable de ces risques s’inscrit dans une double perspective temporelle :

-    le court terme. Il s’agit du comportement à adopter dans l’instant, au moment où l’accident est sur le point de se produire / se produit ;
-    le long terme. Il s’agit d’adopter un comportement de prévention, en installant notamment des dispositifs techniques, en aménageant son logement, en sensibilisant ses enfants et en acquérant les équipements de protection adéquats à la pratique de chaque activité.


Les chutes de personnes âgées


•    Accidentologie : Il s’agit de la première cause de décès par AcVC avec 9 412 décès par an. 88 % des décès par chute concernent les personnes âgées de plus de 65 ans, soit 8 400 personnes.

•    Evitabilité : L’origine multifactorielle du risque de chute de nos aînés est établie.

On distingue plusieurs facteurs :

-    le vieillissement et l’augmentation de la dépendance,
-    l’environnement matériel, l’inadaptation du logement
-    l’environnement socio-familial.

Pour prévenir les risques inhérents à la perte de mobilité ou à l'entrée en dépendance, une analyse individualisée permet d’apporter des réponses concrètes : consultation médicale par des spécialistes, participation à des ateliers « équilibre », mise en sécurité du logement, aménagement du domicile…


Les suffocations


•    Accidentologie : Chaque année 3 000 personnes décèdent à la suite de suffocations. Les deux tiers de ce décès surviennent chez les personnes âgées de plus de 75 ans. Il s’agit ainsi de la première cause de décès chez les jeunes enfants de moins d’un an.

•    Evitabilité : Des gestes simples permettent de réduire les risques encourus par les enfants : placer les objets et aliments de petites taille (cacahuètes, bouchons de stylos, pièces de jeu…) hors de leur portée. Prendre systématiquement ses médicaments en buvant un verre d’eau et éviter de manger des aliments coupés trop grossièrement réduiraient les risques de suffocation chez les personnes âgées qui ont des difficultés à déglutir. La formation aux gestes de premiers secours de l’entourage, qui permet une réactivité très importante lors de « fausses routes », réduirait considérablement le nombre de décès.


Les noyades


•    Accidentologie : En 2009, ont été recensées 1 366 noyades accidentelles qui ont provoqué 462 décès. Il s’agit de la première cause de décès par AcVC chez les moins de 25 ans. Sur l'année 2008, les noyades ont entrainé 1 028 décès.

•    Evitabilité : Le respect des consignes de sécurité (se baigner en zone surveillée, tenir compte de la couleur du drapeau, équiper les enfants d’équipements de protection adéquats et normalisés, installer des systèmes d’alarme adaptées et des barrières dans les piscines privées…) sont indispensables. La surveillance constante des enfants reste le moyen le plus efficace pour éviter les noyades des plus jeunes.


Les intoxications


•    Accidentologie : En 2008, on a comptabilisé 1 376 décès. Les intoxications sont causées par des médicaments (prises accidentelles, erreurs de prescription…) et l’inhalation de substances toxiques comme les produits de combustion qui peuvent, par exemple, contenir du monoxyde de carbone.

•    Evitabilité : Pour prévenir les intoxications liées à l’ingestion de produits dangereux et toxiques, de simples précautions d’emploi permettent d’éviter les accidents : ranger ces produits hors de portée des enfants, suivre attentivement les consignes figurant sur les étiquettes, ne jamais les transvaser dans d’autres récipients (notamment alimentaires), ne pas les respirer directement, porter des gants en bon état lors de leur utilisation, respecter les consignes de rinçage indiquées par le fabricant… Il convient également de ranger les médicaments hors de portée des enfants.

Les risques d’intoxication au monoxyde de carbone peuvent être réduits en adoptant quelques réflexes simples : faire vérifier régulièrement ses installations de gaz, de chauffage et d’électricité, ne jamais utiliser à l’intérieur du logement des appareils destinés à un usage en extérieur…


Les incendies domestiques


•    Accidentologie : On dénombre 10 000 victimes chaque année et plusieurs centaines de morts.

•    Evitabilité : L’installation d’équipements de sécurité comme les détecteurs autonomes avertisseurs de fumée rendus très récemment obligatoires par la loi n° 2010-238 du 9 mars 2010, l’aménagement du logement, la modification des comportements individuels et l’apprentissage de règles de conduite en cas d’incendie peuvent considérablement réduire les risques d’incendies et leurs effets.


Les accidents de sports de loisirs


•    Accidentologie : 17 % des AcVC surviennent sur les aires de jeux et de sports ; ce qui représente environ 1 500 000 accidents chaque année : chutes, coups, surmenage physique… On dénombre chaque année plus de 100 000 accidents de ski et plus de 2 500 interventions des secours auprès des randonneurs.

•    Evitabilité : La réduction du nombre d’accidents passe par une meilleure prise en compte des dangers et la systématisation du port d’équipements de protection adaptés aux différents sports : port du casque, du gilet de sauvetage, de coudières, genouillères et de protège-poignets, de chaussures adéquates au sport pratiqué… Le respect des zones balisées, l’adaptation de son comportement aux contraintes posées par le site, la préparation physique et la consultation de la météo permettent également de limiter les risques.